[Bloc-note] instalali configurations récentes : AMD Ryzen, etc

Ce commentaire est ouvert en écriture, c’est un document collaboratif (ou en mode WIKI) sur lequel on peut contribuer en cliquant plus bas sur Modifier. Il sert de bloc-note pour mémoriser des informations issues d’expériences d’installation de distributions ou d’autres informations relatives aux Instalali.

Certains ordinateurs récents, par exemple les ordinateurs basés sur des processeurs AMD Ryzen ont besoin pour fonctionner pleinement - notamment la reconnaissance de la carte graphique intégrée au processur - d’un noyau Linux récent issu de la branche développement du noyau plutôt que de sa branche stable. Actuellement (octobre 2020) la version de la branche stable est la version 4.x alors que la version de la branche développement est la version 5.x.

Les distributions d’une branche stable n’intègrent pas toutes des noyaux récents (noyau de la branche développement de Linux) et dans ce cas elles ne sont pas toujours compatibles avec des composants matériels récents. C’est le cas avec la distribution stable de Debian et dans ce cas l’installation du matériel sera plus facile avec une distribution comme Fedora, Ubuntu ou Manjaro, plus à jour sur leurs paquets et notamment le noyau.

L’idée en rédigeant ce commentaire était d’éviter d’utiliser une version testing de Debian pour prendre en compte la compatibilité avec les derniers PCs.

Notes pour les instalalis

Téléchargement de distributions

Distributions avec noyaux plus récents

Distributions ou versions d’installation de distributions s’appuyant sur des noyaux plus récents, voire des noyaux de la branche de développement.

Intérêt : elles proposent donc les derniers drivers supportant les nouveaux matériels.

Manjaro
Fedora

https://www.fedora-fr.org/
Toutes les variantes d’installation https://spins.fedoraproject.org/
https://forums.fedora-fr.org/

Fedora s’appuie sur des noyau récents (branche développement du projet Linux) et a été testée avec succès avec un processeur AMD Ryzen 3 3200U

Ubuntu

Ubuntu s’appuie sur des noyau récents (branche développement du projet Linux) et a été testée avec succès avec un processeur AMD Ryzen 3 3200U

Distributions avec noyaux moins récents

Distributions qui incluent un noyau de la branche stable de Linux, et donc moins susceptibles d’être compatibles avec les nouveaux matériels lors de l’installation.

Debian Live stable AMD64 drivers non-free

Live-CDs de la version en cours :

https://cdimage.debian.org/images/unofficial/non-free/images-including-firmware/current-live/amd64/

(AMD64) Gnome Live-CD, Debian Buster 10.6.0 : fichier ISO ou fichier torrent

Debian Live stable i386 drivers non-free

Live-CDs de la version en cours :
https://cdimage.debian.org/images/unofficial/non-free/images-including-firmware/current-live/i386/

(i386) XFCE Live-CD, Debian Buster 10.6.0 : fichier ISO ou torrent

Créer des clés multiboot

L’utilitaire ventoy

https://www.ventoy.net/en/index.html

Probablement le meilleur utilitaire dans sa catégorie.
Très facile à l’utilisation, il suffit simplement de copier les images ISO - toutes celles testées ont été reconnues - sur une partition dédiée de la clé USB, et rien de plus.

L’utilitaire multibootusb

http://multibootusb.org/

Les images ISO de certaines distributions ne sont pas toujours compatibles avec multibootusb, qui dans ce cas ne peut les installer sur clé USB. C’est le cas par exemple des images Netinstall de Debian que multibootusb ne parvient pas à installer sur la clé.

Se trouve dans les dépôts officiels de Debian.

Cloner la partition Windows

Option plus rapide que le clonage du disque entier, mais nécessite en principe le clonage d’autres partitions utiles à Windows (partition de recovery par exemple).

Cloner un disque entier

Le clonage d’un disque entier (comprenant aussi le chargeur de démarrage = boot loader) peut être fait simplement avec l’interface graphique de l’utilitaire Gnome Disk Utility (bâptisé Disque ou Disk par Gnome). Les derniers lives USB d’Ubuntu intègrent l’utilitaire en principe, sinon il suffit de l’installer dans la session live elle-même.

Le clonage d’un disque SSD de 256Go vers un disque dur externe USB-3 se fait en quelques minutes (à préciser).

Mettre en place un double boot Windows/Linux

Réduire la taille de la partition Windows

Il est recommandé d’effectuer la réduction de la partition système Windows (C:) formatée en NTFS, sous Windows avec son outil de gestion de disques.

L’opération de réduction est presque instantanée si l’ordinateur est neuf et le disque peu utilisé.

Installer Linux à côté de Windows

Windows et Ubuntu

Ubuntu offre 3 mode d’installation :

  • effacement complet du dique dur
  • installer Ubuntu à côté de Windows
  • Autre

L’alternative Autre permet de définir le schéma de partitionnement et donc d’installer Ubuntu à côté de Windows. Ce mode manuel est plus rassurant.

Debian stable et noyau backporté pour le support de certains matériel

Cas d’un carte graphique intégrée au processeur AMD Ryzen 3 3200U

Debian stable permet d’installer un noyau de la branche testing grâce au dépôt de backports - sous Buster il s’agit du dépôt buster-backports) pour le support de ce type de processeur. Pour éviter d’installer la version testing de Debian cette solution est intéressante, mais cette solution est manuelle et selon le matériel peut échouer.

https://debian-facile.org/doc:install:install#choisir-une-branche-de-debian
https://debian-facile.org/doc:system:apt:sources.list:buster#les-retroportages-backports

voir aussi https://debian-facile.org/doc:materiel:cartes-graphique:ati:ati

Post-Installation

Lorsqu’on installe une distribution depuis un LiveCD sur une machine sans la connecter à internet, après l’installation il ne faudra pas oublier de mettre à jour le système. Si cette machine ne dispose que de WIFI pour se connecter au réseau - cas courant avec les ultra portables qui ne possèdent pas de port Ethernet - ET que le composant WIFI n’est pas reconnu directement par la distribution, il y aura certainement à installer le driver avant la mise à jour…

réglage ou non des dépôts

mise à jour des dépôts

mise à jour du système

Optimisation

Réduire les écritures sur les disques SSD

https://doc.ubuntu-fr.org/ssd_solid_state_drive

Quelques liens relatifs au système Windows

https://www.maketecheasier.com/backup-hard-drive-gnome-disk-utility/
https://www.malekal.com/comment-bien-sauvegarder-windows/
https://www.malekal.com/creer-une-image-systeme-windows-10/
https://www.malekal.com/bcd-boot-configuration-data-windows/
https://www.malekal.com/erreur-bcd/
https://www.malekal.com/bcd-boot-configuration-data-windows/
https://www.malekal.com/windows-dual-boot-ubuntu/

Je cherche à installer en effet Linux sur un PC portable neuf, basé sur un processeur AMD Ryzen 3, mais cependant sa configuration matérielle - le processeur et le composant graphique intégré (au processeur) - n’est pas reconnu par les CDs d’installation de Debian même avec les drivers non-free ; je ne peux donc pas me servir des ISOs de Debian pour l’installation “automatique” avec le LiveCD (donc avec l’interface graphique) - je ne suis pas sûr pour le moment d’arriver à faire une installation en mode non-graphique ou expert pour cette configuration.

Par contre après quelques recherches sur la toile il s’avère que ce matériel est supporté par Linux mais avec les dernières versions du noyau - version 5 -, et qu’il sera possible de faire une installation LiveCD avec la dernière version LTS d’Ubuntu.

Pour installer Linux sur ce PC je pensais donc le faire prudemment avec possibilité de restaurer Windows complètement en cas de problème.

Il y a un fort potentiel trollesque ici, mais sans vouloir troller, on peut vraiment être d’accord sur le fait que n’importe quelle distrib ne convient pas à n’importe quel utilisateur, ni à n’importe quel matériel.
Chez Mageia, on a dû faire face à la sortie des derniers proc Ryzen juste au moment de la sortie de Mageia 7… Dans les semaines suivantes, on a sorti une Mageia 7.1 qui embarquait le nécessaire pour faire fonctionner ce nouveau matériel.
Je ne suis pas en train de dire que Mageia c’est mieux, ou qu’ils ont mieux géré que Debian : pour moi ça montre juste que pour la communauté Debian, ce n’est pas une priorité. Perso, je ne conseillerais pas Debian à quelqu’un qui veut découvrir GNU/Linux, et donc je viendrai avec des iso de Mageia, Fedora, Ubuntu et Manjaro :wink:

1 J'aime

En effet ça peut l’être :slightly_smiling_face:
Perso je n’ai pas assez de recul pour affirmer quelque chose là-dessus.
Je suppose que les dérivés de Debian sont les distributions qui offrent le plus d’applications (nombre de paquets), mais est-ce que c’est vraiment le cas ? La communauté ArchLinux est très active aussi par exemple. Sinon, les rolling-release comme Manjaro - plus grand public qu’ArchLinux - , je supposais que ça pouvait être difficile à mettre à jour pour des néophytes, mais Manjaro doit prouver le contraire certainement.

Merci pour l’info, ça me rassure vraiment quant à l’installation de Linux sur des PC neufs… Ca confirme bien que les processeurs à base d’AMD Ryzen seront pris en compte rapidement par l’ensemble des distros.

Excellent je trouve. Bienvenu ! :pray:

Pour info, Ubuntu LTS Focal Fossa supporte parfaitement le PC à base d’AMD Ryzen 3, notamment la mise en veille et la gestion de la batterie et sinon un module tiers a du être installé manuellement pour le wifi après la post-install.

Du coup j’ai pris connaissance de la technologie SSD, et apparemment il est conseillé sur ces disques de laisser 40% d’espace libre pour prolonger leur durée de vie. Je n’ai pas tout à fait compris ce qui est entendu par “espace libre”, si quelqu’un a des informations là-dessus, ça m’intéresse. Je fais par exemple référence à cet article :

Que vois-je ?
Un article publié sur Clubic hier qui parle de leurs distrib préférées pour les débutants ! :wink:
Pas tout testé de leur sélection : il me manque Pop!OS, SteamOS, et WindowsFX dont j’ignorais même l’existence…

  • ElementaryOS est très sympa, la cohérence graphique est intéressante, aux dernières nouvelles il n’y avait pas d’upgrade possible sans réinstallation, ce qui est pour moi rédhibitoire. Je sais qu’ils y travaillaient, c’est peut-être le cas depuis, je vais essayer d’y jeter un œil.

  • Emmabuntus est une vraie bonne surprise, avec un bureau très léger et des préconfigurations très esthétiques néanmoins. Permet un excellent compromis entre un bureau qui a de la gueule et qui reste quand même léger et utilisable même sur des ordinateurs très âgés, ou de récup. Quand Linux rencontre des gens qui ont une forte conscience écologique et/ou des gens en très grande précarité.

Pour ma part, après avoir installé et testé Ubuntu pendant quelques années à destination du grand public (cf.intalali), je reviens actuellement sur la distribution mère Debian. Selon moi, autant apprendre directement une vraie distro qui fait tout : petite machine (rpi), serveur, bureau graphique, etc… quitte à galérer un peu plus sur les drivers proprio, etc…

Voila, je reconnais néanmoins l’intérêt d’avoir une diversité dans les distros. C’est bien d’avoir le choix.

Au final, pour des raisons pratiques, je continue d’installer Debian massivement. À force d’installer et de corriger les petits problèmes du quotidien, je suis rassuré de le mettre à disposition de tous. Cela me facilite la tâche de ne travailler que sur Debian, je perds moins de temps.

Justement pour l’installation que je viens de faire, ce qu’il me manquerait pour pouvoir la passer sur une Debian stable, serait de configurer les dépôts pour remplacer la version du noyau par défaut en 4.x par le noyau backporté en version 5.x. C’est simple à faire d’après un tuto que j’ai lu, et je suppose qu’ensuite les mises à jour successives du système basées sur un noyau backporté se font sans encombre.

Mais déjà pour l’installation Debian sur cette machine, je crois qu’il faudra que je parte d’une installation minimale et non du LiveCD. Bref pour les configurations comme celui des AMD Ryzen (processeur récent et composant graphique pas encore très répandu), avec Debian stable actuelle, ça semble exiger une maîtrise supplémentaire.

Pour des Instali, la question qui pourrait se poser pour des configurations similaires aux AMD Ryzen est quelle distribution et parfois quel support d’installation prendre. Dans le cas du Ryzen, Ubuntu offrait au moment de l’install une version LTS qui s’installe directement.

1 J'aime

Ce sujet a été mis à jour.

Mon essai d’installation de Fedora 32 Workstation (Gnome) sur PC est très satisfaisante, la distribution a l’air plus “propre” et sécurisée qu’Ubuntu, SELinux est par exemple activé par défaut. Tout marche très bien, alors qu’avec Ubuntu Focal Fossa j’avais un bug de configuration d’un imprimante réseau.

Il me semble que Fedora touche un public un peu plus averti ou professionnel qu’Ubuntu et LinuxMint, et qu’elle est équivalente au niveau qualité à Debian.
Pour des configurations très récentes ça me semble un très bon choix.

Je pense que Fedora vise le même public, mais n’a pas la puissance marketing d’Ubuntu… du coup, les utilisateurs sont peut-être un peu plus informés, pas forcément plus avertis, mais sans doute sont-ils tombés sur des gens qui leur montré un panorama plus vaste des distributions, ou qu’ils ont testé un peu plus de LiveDVD.
J’ai plus de mal à comprendre le succès de LinuxMint. Mon interprétation est qu’elle a bénéficié d’un bureau qui lui était propre (comme les Ubuntu des débuts), bureau Cinnamon réputé assez léger et plus proche de Windows, niveau interface graphique, que Unity ou Gnome, ce qui en fait un choix intéressant pour des néo-linuxiens. À la Réunion, pas mal de boîtes ont choisi LinuxMint pour les ordis POP, apparemment.

Oui, tout à fait. À condition d’aimer Gnome, car Fedora ne propose pas d’autre choix de bureau.

1 J'aime

Apparemment non, jette un oeil ici https://spins.fedoraproject.org/

J’avoue que je ne sais pas trop le statut exact de ces « spins » chez Fedora : si on regarde chez Manjaro la situation est plus claire :
– 3 versions étiquetées « officielles » : Gnome, Plasma et XFCE, gérées par l’équipe Manjaro ;
– tout un tas de « spins », gérés par « la communauté », et sur lesquels tu peux avoir des gros dysfonctionnements juste après une installation par défaut…

Pour moi, ce statut de spin n’est pas très clair… l’impression que ça me donne, c’est qu’on ne se mouille pas beaucoup sur ces versions, du côté de Fedora…

Du côté de Mageia c’est très clair : à partir de l’installeur classique, tous les bureaux inclus sont installables et supportés par l’équipe de dév. Il y a des versions Live seulement pour les trois bureaux les plus « populaires » chez nos utilisateurs, mais il n’y a pas de « spin » : même si tu veux installer FVWM ou un autre des très nombreux bureaux, il aura du support de l’équipe, pas d’un sous-groupe d’indépendants qui flirtent plus ou moins avec le fork…

Merci pour le partage d’informations @stroibe974.

Du coup j’ai profité pour prendre connaissance de Mageia dans les grandes lignes.
La différence fondamentale entre Mageia et Fedora est la structure, la première est une association a but non lucratif, la deuxième est une entreprise ; c’est avantageux pour Mageia je pense qui peut bénéficier d’une communauté importante de contributeurs, comme Debian ou ArchLinux.

D’ailleurs Debian est une distribution communautaire qui se maintient sur le haut du pavé si on regarde DistroWatch.