Hébergement local mutualisé

Bonjour à tous,
Je sais qu’il y a des experts et même professionnels de l’hébergement ici,
alors dans quelle mesure est il possible d’avoir une case les pieds dans le lagon … pour des fichiers :slight_smile:

Je m’explique, je viens de créer mon premier site Hugo :partying_face: (merci @tous) et j’apprécie en particulier le fait d’avoir une démarche d’éco conception du site web. Je n’ai pas besoin de code serveur, de base de données, etc. et l’impact de mon site est réduit.
D’ailleurs, je n’ai pas trouvé de bon benchmark, avec un score fiable, et un badge pour tester un site éco conçu. http://www.ecoindex.fr/ le fait un peu, mais je ne trouve pas le score toujours fiable, ni partageable pour l’instant.

Mais une chose me chagrine quand j’y pense : j’économise des exécutions de code serveur, j’économise des kilo octets de transfert, mais j’héberge mes fichiers sur gitlab.com qui doit être aux Etats-Unis, alors que mes visiteurs potentiels sont majoritairement à La Réunion :sweat:

Alors serait il envisageable un hébergement local commun pour des sites statiques, sans code serveur, sans base de données, avec une audience limitée ?
Si on est plusieurs intéressés par ce principe, on pourrait imaginer une option à la cotisation à l’asso libre.re qui inclue un petit service associatif comme ca ? Ca ferait un service partagé dans l’asso qui serait sympa.
On pourrait d’ailleurs avoir une sorte de cahier des charges et de badge libre.re pour que le site hébergé soit économe. C’est à la fois bien pour son impact sur l’environnement et sur la machine qui héberge. Et ca sensibilise les futurs utilisateurs à ce paramètre.

Techniquement, on pourrait imaginer qu’un serveur local est prévenu quand une modif est faite sur le dossier public/ de mon gitlab, pour qu’il mette à jour les fichiers du site local ?

Qu’en pensez vous ?
Est ce que ca a un intérêt ?
Est ce quelque chose qu’on pourrait mettre en place avec libre.re ?

4 J'aimes

J’ai eu quelques échanges en privé :grin: :+1:
Je réalise bien que garder un gitlab.com et copier les fichiers en local ca n’est pas l’idéal du tout en terme d’éco-conception
Est ce qu’on pourrait faire la même chose avec un gitea local (une sorte de mini gitlab) et un process qui regénére le site à chaque push ?

Il y a un bouquin pour approfondir cette question, j’aurais aimé avoir le temps d’en proposer un résumé :slight_smile: https://www.eco-conception.fr/articles/h/eco-conception-web-les-115-bonnes-pratiques-3eme-edition.html

2 J'aimes

Super idée de mutualiser un serveur ici !
Les prix chez le datacenter de Zeop ou de hostin.re sont exorbitant.

Pour être écolo, il faudrait un petit serveur basse consommation, ou un vieil ordi reconditionné, sur un panneau solaire ? Un pi3 ? ça serait rigolo.
Avec trois disque SSD en raid5, et une gentille maison qui héberge ça sur sa fibre optique ?

Je suis chaud pour participer et administrer a la cool :slight_smile:

3 J'aimes

Bonsoir à tous.
Ce sujet m’interesse fortement aussi.
je me suis renseigné chez Microstore aussi ils ont un super ordinateur partagé entre 400 clients sur l’ile. Mais les tarifs ne sont pas donnés.
Donc ayant des machines à la case, avec la fibre je serais curieux de voir ce que cela pourrait donner .

Pour échange.

1 J'aime

je suis aussi dans cette démarche d’eco-responsabilitée et je fonctionne deja sous raspberry pi si ca peux interresser … et j’ai la fibre également avec un gitea , je pense que l’on reparlera a l’avenir mais y’a possibilitée de faire des choses je pense !!!

1 J'aime

On pourrait mettre ce sujet technique pour faire de la coopération au menu du programme du prochain rdv ?

2 J'aimes

Gitlab.com et Gitlab pages utilisent Cloudflare comme CDN, qui a justement un nœud à la Réunion.

C’est donc paradoxalement le meilleur hébergement écologique : un serveur haute densité, partagé par des centaines de milliers de personnes, et local.

Une fois que les données sont mises en cache (et sur un site avec des ressources statiques comme Hugo ou Jekyll, c’est le cas de toutes les ressources), le traffic reste à la Réunion.

Méfiez vous des solutions auto hébergées. Si cela répond complètement à certaines problématiques (indépendance de l’hébergeur, DIY, décentralisation, résilience vis à vis d’une isolation complète de l’île notamment), il me paraît difficile que l’impact écologique d’un Raspberry pi soit meilleur que le CDN Cloudflare, ou même d’un hébergement en dehors de la Réunion.
Calculez la quantité d’énergie et de métaux lourds pour le matériel et rapportez le à la quantité de sites servis par celui-ci. Sur ces critères, votre Raspberry Pi fait forcément moins bien que des milliers de serveurs qui hébergent des millions de sites (en plus votre Raspberry reste allumé tout le temps alors que vous n’aurez que quelques requêtes par jour).

Il y a bien sûr plein de bonnes raisons pour faire de l’auto hébergement ou de l’hébergement de proximité (j’en ai cité quelques unes, mais il y en a plein d’autres). Il faut juste être d’accord sur quels critères on se base.

Question subsidiaire : un Raspberry Pi en métropole alimenté à 80% en nucléaire et 15% en énergies fossiles est il plus poluant que le même branché à la Réunion avec notre mix énergétique encore basé majoritairement sur les énergies fossiles ? (Et ne faudrait il pas l’éteindre quand l’énergie solaire n’est plus disponible, donc chaque nuit ?)
Tout le monde n’aura pas la même réponse à cette question. Cela montre bien l’importance de définir des critères (forcément arbitraires).

4 J'aimes

Merci @chtitux pour ton commentaire avisé et pertinent.
Au delà des aspects écologiques, il me semble que l’aspect pédagogique et d’autonomie sont des critères importants. De plus, je pense qu’à l’avenir, il faudra aussi penser à la sobriété numérique.

Souvent, en discutant avec Mr et Mme Lambda, je m’aperçois qu’ils disposent de machines de combat bien supérieures à mon propre matériel informatique. La surenchère et la démesure font également partie du problème. Parfois un ordinateur reconditionné sous GNU/Linux peut faire l’affaire plutôt que d’acheter une machine neuve avec des OS privateurs et qui demandent des ressources aberrantes.

1 J'aime

Hoho, mais c’est carrément méga génial ce que tu nous annonce @chtitux !
Un noeud Cloudflare ici ? Je ne savais pas. J’aurais du me renseigner d’ailleurs. Merci pour la news !
Tu as des exemples de site hébergés la dessus ?
Je serais curieux de les benchmarker pour le plaisir :slight_smile:
Et ça me motiverais ptet pour prendre un forfait chez eux d’ailleurs.

Tu as complètement raison de rappeler que la mutualisation est beaucoup plus efficiente en énergie que l’auto hébergement, on oublie souvent cet argument.

Pour ce qui est du mix énergétique de la Run, il me semble qu’on est effectivement à 70/80% de moteur diesel non ?
Je recherche vraiment un espace d’hébergement local, mais avec les prix ( 40€ / 1core / 2goRam / mois chez hosting.re ), cet argument écologique finit souvent pas achever ma démarche :slight_smile:

Les solutions que je développe n’ont pas forcément besoin d’un ping faible, je choisi du coup des solutions a base de VPS Ovh ou Kimsufi/SoYouStart. Pas cher, efficace.

Par contre, en terme de rapport donnée/Co2, c’est une question que je me pose souvent.
Je suis par exemple un gros consommateur de torrent et je partage un serveur Plex avec beaucoup d’amis ( si vous voulez d’ailleurs viendre, passez en mp ^^ ).
Impossible de s’en passer, et je préfère partager en local que payer Netflix. ( même si le matos me coûte beaucoup plus cher, je suis beaucoup trop amateur de 7eme art pour apprécier le catalogue de ce dernier … )
A combien coûte le Go transféré depuis un datacenter européen VERSUS un petit i5 auto hébergé sur sa fibre Zeop ?
Combien coûte ( en équivalent Co2, toujours ) le nouveau câble METIS posé récemment pour avoir 30ms de ping avec l’UE ?
Combien coûte le disque dur que j’importe depuis l’Asie VERSUS un hetzner avec des 4*12TO à 80€ par mois ?

Car si tu fais bien de rappeler qu’un site statique peut être livré en local ici, le nombre de site de ce genre sont quand même très très minoritaire dans notre consommation de data.

Encore un défi à relever pour the Shift Project ! :slight_smile:
Je serais très très curieux de creuser une grille d’utilisation écologique du sysadmin moderne :slight_smile:

Et enfin, un peu de lecture ?

2 J'aimes

Merci pour les informations , éffectivement il faut bien déterminé les criteres , le noeud cloudflair est une trés bonne nouvelle et justement c’est également en projet de passer une partie de mon infra chez eux
ainsi que refaire mes sites en statiques !!!

@chtitux @JulienV j’aimerais bien votre éclairage car je ne comprends pas comment fonctionne ce noeud local
J’ai un site statique hébergé chez gitlab accessible sur azotife.laraffinerie.re
Mais quand je ping j’ai un très gros ping
guillaume$ ping azotife.laraffinerie.re
PING la-raffinerie.gitlab.io (35.185.44.232): 56 data bytes
64 bytes from 35.185.44.232: icmp_seq=0 ttl=57 time=293.695 ms
64 bytes from 35.185.44.232: icmp_seq=1 ttl=57 time=546.048 ms
64 bytes from 35.185.44.232: icmp_seq=2 ttl=57 time=446.018 ms

Est ce qu’il y a une démarche à faire pour être sur un noeud plutot qu’un autre ?
J’imagine que gitlab ne recopie pas l’ensemble de ses data mondiales sur le noeud à la Réunion ?

Coucou @glungtung il me semble que cela concerne les instances pro de gitlab. Mais info à vérifier :wink:
Dites-moi si vous en découvrez plus à ce sujet, les gars !